Master de pathologie humaine
Facebook
Accueil » Master 2e année » Nutrition et physiopathologie vasculaire » Les débouchés

Les débouchés

Ce Master a pour but l’insertion professionnelle des étudiants dans les disciplines médicales, pharmaceutiques et scientifiques tant sur le plan de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’expertise que dans le monde hospitalier et industriel.

Sur le plan de l’Enseignement supérieur

Les principales disciplines universitaires concernées sont :

en Médecine : Nutrition, Endocrinologie, diabète, maladies métaboliques, Cardiologie, Physiologie, Biologie Cellulaire et Moléculaire et Thérapeutique.
en Pharmacie : Nutrition, Sciences du Médicament et Sciences Biologiques Pharmaceutiques
en Sciences : Biochimie – Biologie Moléculaire, Biologie Cellulaire, Physiologie et Biologie animale.

Dans les établissements publics de recherche

Intégration dans les laboratoires de l’INSERM, du CNRS, de l’INRA et de l’Université impliqués dans les domaines fondamentaux liés à la nutrition humaine, les maladies métaboliques et l’athéro-thrombose.

L’insertion dans l’industrie pharmaceutique et/ou agro-alimentaire est un débouché important des doctorants bien formés en biologie et sensibilisés par le Master aux enjeux et contraintes de la Nutrition et de la Santé publique.

Les grandes agences de veille sanitaire (AFSSA, DGRRF, Services vétérinaires…) sont aussi des débouchés envisageables.

L’insertion dans le monde hospitalier des étudiants de cette filière devrait se développer de façon majeure, tant pour la réalisation de carrières de praticiens hospitaliers, médecins ou pharmaciens, que de scientifiques biologistes du fait des rapports privilégiés et des passerelles indispensables entre la recherche fondamentale, la recherche clinique et la prise en charge des patients et des familles dans le domaine de la nutrition, du métabolisme et de la pathologie cardio-vasculaire. La formation à la recherche est un prérequis à toutes ces carrières hospitalières.

Participation à des projets nationaux et européens de Santé publique (PNNS) puisque la Nutrition et la prévention des maladies à risque vasculaire sont des priorités des instances gouvernementales tant françaises qu’européennes.